+3 à +10% d’honoraires instantanément, c’est possible !

Il existe une solution qui tient à UNE décision de Direction pour fabriquer instantanément jusqu’à 10 % de chiffre d’affaires en plus !

Cette piste encore assez peu pratiquée… est pourtant très simple et efficace.
Elle ne dépend pas de votre logiciel de facturation ou de gestion interne.

Quand vous l’aurez appliquée, allez vous offrir un bon repas dans le meilleur restaurant de la ville !
Vous l’aurez bien mérité.

Une pratique inégale en fonction des secteurs d’activités

Facturez-vous des frais de gestion aussi appelés frais de dossier ou frais de chancellerie (ou toute autre appellation de votre crû) ?

Cette pratique existe surtout dans les professions libérales (experts comptables, avocats, notaires…) dans les banques et dans certaines sociétés de services.

Nous en faisons partie : nous facturons entre 3 et 7 % de frais sur le montant global de nos factures depuis 2009. Pour l’anecdote, nous avons créé cette ligne de facturation en pleine crise des « subprimes », ce qui pouvait paraître osé ! Depuis, celle-ci finance quasiment un poste à temps complet : cela tombe bien, c’est celui de la gestionnaire de notre société.

Comment créer et justifier vos frais de dossier, de chancellerie, de gestion… voire les augmenter au fil du temps ?

Dans notre secteur d’activité fétiche, un cabinet sur deux n’en facture pas… mais nous sentons les temps changer depuis cinq ans !

Pour ceux qui le font, ces frais évoluent généralement dans une fourchette comprise entre 3 et 10 % sur honoraires facturés…

…10 % étant la limite haute, jamais dépassée à notre connaissance, mais plus difficile à atteindre pour ceux qui s’y prendraient juste maintenant.

Comment les justifier ?

Ces frais sont la contrepartie du travail de gestion du poste clients :
– lettres de mission
– insertion dans la base clients du cabinet
– planification des missions
– mise en place du plan de facturation
– gestion des temps
– facturation
– édition, mise sous pli, routage (de moins en moins avec l’envoi de factures PDF)
– relance
– couverture des frais financiers et des impayés
– gestion des litiges
– demandes de conventions de formation…

Certains cabinets y incluent la couverture des frais liés à la prise en charge de la dématérialisation des déclarations (fiscales, sociales…) et des télépaiements pour compte du client.

Les frais de démat’ sont nés !

Dans la mesure où cette dématérialisation monte en puissance, cela justifie une éventuelle augmentation de leur pourcentage au fil du temps.

D’autres arguments : les contraintes déontologiques, la démarche qualité… imposées par le Conseil Supérieur de l’Ordre.

Quel que soit l’argument utilisé, emparez-vous de la technique du « parce que » : cette expression magique permet de faire passer beaucoup de décisions quelque soit la validité de votre argument.

Même lorsque votre justification avec le « parce que… » est peu ou non pertinente, elle augmente le taux d’acceptation de votre interlocuteur ! Étonnant…

Certes un poil manipulatoire mais tellement efficace, même dans la vie privée !

Des modalités et des taux différents

Certains cabinets facturent un forfait fixe (moins avantageux à notre sens) ou un pourcentage variable sur le montant HT facturé.

Le pourcentage peut être facturé sur chaque facture ou une seule fois par an (pour éviter d’irriter le client à chaque facture ?)

Le taux peut être fonction du mode de règlement du client :
– moins élevé s’il paye par prélèvement automatique
– plus élevé s’il paye par chèque ou virement.

Une excellente idée pour favoriser les modes de règlements souhaités par vous.

Dans certaines professions (cabinets d’avocats par exemple), chaque appel téléphonique, chaque photocopie, chaque courrier… peuvent être refacturés.

Comment les clients réagissent-ils à la mise en place ?

C’est effectivement l’angoisse habituelle des patrons de cabinets lorsqu’ils mettent le système en place.

En réalité, les choses se passent très bien : plus de 97 % des clients les payent sans broncher, il suffit de gérer marginalement les 2 à 3 % de clients mécontents… et qui le font savoir.

Mais tout n’est pas perdu pour ceux-là :
– une partie écoute et accepte vos explications (et les frais)
– une partie les conteste et réclame un geste (une petite baisse)
– une dernière partie se montre plus menaçante : il faut lâcher du lest ici et renoncer.

Globalement, pas de révolution, pas de perte de clients (sauf pour d’autres raisons) et un gain qui double ou triple le résultat net du cabinet.

Cela pourrait probablement être le cas dans votre activité… J’entends déjà votre réaction « oui c’est bien, mais chez nous, çà n’est pas pareil… » ou « nos clients n’accepteront pas… », etc., etc.

Comment le savez-vous ? 100 % des gagnants ont tenté leur chance…

D’autres frais possibles

Nous les listerons rapidement :
– frais de déplacement et d’hébergement
– frais kilométriques
– temps de déplacement
– débours (dépenses engagées en lieu et place du client)…

Ils peuvent s’ajouter aux frais de gestion détaillés plus haut. Le jour où vous aurez autant d’imagination que les banques, vous serez riche !

Notre méthode a fait merveille depuis des années dans le secteur des cabinets d’expertise comptable et de commissariat aux comptes.

Selon votre secteur, vous pourrez transposer votre futur paramétrage dans votre monde professionnel.

Ainsi, vous tiendrez compte de vos propres contraintes déontologiques, techniques, psychologiques… inhérentes aux pratiques actuelles du secteur.

Rien ne vous empêche d’innover, bien au contraire, en respectant la mécanique humaine qui est fondamentalement universelle dans tous les secteurs et tous les pays..

TurboMoney, logiciel de facturation, permet de gérer ces frais dans des modalités très diverses et peersonnalisées.

Vidéo de présentation de TurboMoney : cliquez ici
RDV pour discuter optimisation pour votre cabinet : cliquez ici